ARCHIVÉE - Nominations subséquentes à la participation aux programmes fédéraux d'embauche des étudiants en vertu de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique

AvertissementCette page a été archivée.

Contenu archivé

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.



Étude statistique de la Commission de la fonction publique du Canada

Octobre 2008

Commission de la fonction publique du Canada
300, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario) K1A 0M7
Canada

Renseignements : 613-992-9562
Télécopieur : 613-992-9352

Le présent rapport est également accessible sur notre site Web

No de catalogue SC3-136/2008
ISBN 978-0-662-05942-4

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par la Commission de la fonction publique du Canada, 2008

Table des matières

Points saillants

Les anciens étudiants constituent une composante importante du recrutement au sein de la fonction publique fédérale. Trois programmes d'emploi étudiant, à savoir le Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE), le Programme de stages d'enseignement coopératif  et d'internat (programme Coop) et le Programme des adjoints de recherche (PAR), permettent aux étudiants d'acquérir une expérience professionnelle enrichissante. Compte tenu de l'investissement réalisé auprès de ces étudiants dans le cadre de ces programmes,  l'embauche de ceux-ci, une fois diplômés, présente un intérêt considérable.

Nous avons effectué un suivi, jusqu'en mars 2008, auprès des étudiants ayant participé à  des programmes d'emploi étudiant d'avril 1997 à mars 2005. L'objectif de ce suivi consistait  à déterminer quelle proportion d'entre eux obtiennent une nomination en vertu de la Loi  sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP) à la suite de leur emploi étudiant. Une analyse descriptive de ces nominations en fonction d'autres variables d'importance, dont la région  et l'organisation, est présentée ci-après. L'étude a permis de faire les constatations principales  qui suivent :

  • En tout, 23 % des 52 901 périodes d'emploi étudiant ayant fait l'objet de l'étude ont débouché sur une nomination à un poste pour une durée déterminée ou une période indéterminée. Parmi celles-ci, la plupart (74 %) se sont terminées par une nomination à un poste pour une période indéterminée. Ces étudiants ont été nommés, soit directement après avoir occupé un emploi étudiant, soit après avoir obtenu un emploi pour une durée déterminée.
  • La majorité (73 %) des premières nominations en vertu de la LEFP ont été effectuées au cours de l'année suivant la fin de l'emploi étudiant.
  • La plupart (70 %) des nominations en vertu de la LEFP ont eu lieu dans l'organisation même qui a embauché l'étudiant au départ.
  • La première nomination en vertu de la LEFP survenait la plupart du temps dans la catégorie Administration et service extérieur (41 %) et la catégorie Soutien administratif (25 %).
  • Les étudiants étaient plus susceptibles de se voir offrir une nomination subséquente en  vertu de la LEFP dans la région de la capitale nationale (RCN) [32 %] que dans toute autre région (16 %).
  • L'étude a permis d'observer une différence au niveau des groupes linguistiques dans la RCN. Parmi les étudiants dont la première langue officielle était l'anglais, 28 % ont obtenu une nomination en vertu de la LEFP; par contre, cette proportion s'élevait à 40 % chez les étudiants dont la première langue officielle était le français.
  • Dans l'ensemble, 14 % des étudiants ont obtenu un emploi occasionnel à la suite d'un emploi étudiant. Toutefois, parmi les étudiants qui ont été nommés en vertu de la LEFP (23 %),  la proportion d'entre eux qui ont occupé un emploi occasionnel entre leur emploi étudiant  et leur première nomination en vertu de la LEFP était nettement plus élevée (37 %).
  • Les anciens participants à des programmes d'emploi étudiant constituaient une proportion croissante de l'embauche à des postes pour une durée déterminée ou une période indéterminée. En fait, cette proportion a augmenté au cours de la période visée par l'étude, passant de 7 % en 1999-2000 à 9 % en 2004-2005.

Introduction

Le rôle de la Commission de la fonction publique du Canada dans  le domaine de la dotation

La Commission de la fonction publique (CFP) du Canada est un organisme indépendant  qui relève du Parlement. Son mandat consiste à protéger l'intégrité du système de dotation  de la fonction publique de même que la neutralité politique de celle-ci. De plus, la CFP recrute des Canadiens qualifiés provenant de partout au pays. Elle élabore des lignes directrices pour s'assurer que les nominations respectent les valeurs fondamentales de nomination que sont  le mérite et l'impartialité, de même que les valeurs directrices, soit la justice, la transparence, l'accessibilité et la représentativité. La CFP effectue des vérifications et mène des études et enquêtes en ce qui concerne le système de dotation afin d'en vérifier l'efficacité et d'y apporter des améliorations.

Contexte

La CFP administre trois programmes qui offrent aux étudiants la possibilité d'occuper un emploi temporaire pendant leurs études, c'est-à-dire le Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE), le Programme de stages d'enseignement coopératif et d'internat (programme Coop)  et le Programme des adjoints de recherche (PAR).

Le PFETE est le principal moyen pour les organisations fédérales de recruter des étudiants chaque année. Il permet aux étudiants qui fréquentent à temps plein une école secondaire, un cégep,  un collège, un institut technique ou une université de connaître les rouages du gouvernement fédéral et d'acquérir une expérience de travail inestimable. Le PFETE leur donne ainsi l'occasion d'acquérir et de perfectionner les compétences dont ils ont besoin pour trouver un emploi.  Pour que leur candidature soit prise en considération, les étudiants doivent fréquenter à temps plein un établissement d'enseignement secondaire ou postsecondaire reconnu et doivent avoir l'âge minimum requis pour travailler dans la province ou le territoire où le poste est offert. Ils doivent également poursuivre des études à temps plein le semestre académique suivant. Les étudiants  à temps partiel reconnus comme ayant un handicap par leur établissement d'enseignement sont également admissibles au programme.

Les étudiants qui s'intéressent au PFETE posent leur candidature au moyen d'un répertoire national informatisé. Dans ce dernier, ils indiquent dans quelle région géographique ils peuvent travailler et précisent leur lieu de résidence, leur niveau de scolarité et leur domaine d'études.  Les personnes inscrites peuvent se voir offrir une vaste gamme d'emplois dans les organisations d'embauche partout au Canada. À l'aide d'un algorithme de recherche, la CFP effectue une recherche dans le répertoire du PFETE. Cet algorithme permet de générer de façon aléatoire une liste d'étudiants qui répondent aux critères de recherche. Parmi les personnes dont la candidature leur est proposée, les organisations nomment celles qui répondent le mieux à leurs besoins.

Au sein de la fonction publique, le programme Coop offre aux étudiants postsecondaires la possibilité d'acquérir l'expérience professionnelle pratique et pertinente dont ils ont besoin pour répondre aux exigences de leur programme d'études.

La CFP est la seule organisation qui peut approuver les programmes d'études coopératifs à partir desquels les gestionnaires de la fonction publique du Canada peuvent recruter des étudiants.  Pour qu'un programme soit approuvé, il doit obliger les étudiants y participant d'acquérir une expérience professionnelle comme condition d'obtention de leur diplôme. La CFP a approuvé près de 2 500 programmes universitaires et collégiaux d'un bout à l'autre du Canada. L'organisation  qui souhaite embaucher un étudiant inscrit au programme Coop doit communiquer avec le coordonnateur chargé du programme de l'établissement d'enseignement visé. Ce dernier doit ensuite afficher un avis pour informer les étudiants de son établissement de la possibilité d'emploi dans le cadre du programme Coop.

Le PAR permet de recruter des étudiants de niveau postsecondaire qui doivent acquérir de l'expérience en recherche appliquée dans le cadre de leurs études universitaires. Les responsables du PAR assignent des étudiants à des projets de recherche en cours au sein des organisations fédérales. Tout au long de l'année, celles ci affichent des postes de recherche sur le site Web du PAR. Pour que leur candidature soit prise en compte, les postulants doivent avoir le statut d'étudiant, conformément à la définition qui en est donnée dans la Politique sur l'embauche des étudiants du Conseil du Trésor du Canada. Au départ, le PAR faisait partie du PFETE. Comme il n'est devenu un programme d'emploi étudiant distinct qu'en janvier 2005, aucune analyse n'a été effectuée auprès des personnes qui  y ont participé.

L'objectif principal de ces programmes est de permettre aux étudiants d'acquérir l'expérience professionnelle tant recherchée afin de lancer leur carrière. Toutefois, ces étudiants sont considérés depuis longtemps comme des recrues potentielles très précieuses étant donné leur expérience antérieure à la fonction publique. En 1998, un mécanisme a été mis en place pour faciliter la nomination d'anciens étudiants en vertu de la LEFP. Le « mécanisme d'intégration des étudiants » permet aux organisations d'embaucher d'anciens étudiants, pourvu que ceux-ci soient qualifiés. Ces derniers doivent également avoir terminé leur programme d'études dans la période d'admissibilité prescrite, qui était de 12 mois au moment où la présente étude a été réalisée.  Les données concernant le recours au mécanisme d'intégration des étudiants ne sont pas disponibles dans les bases de données centrales de la CFP.

À propos de l'étude

Objectif

La présente étude a pour objectif de déterminer dans quelle proportion les participants aux programmes fédéraux d'embauche des étudiants ont par la suite obtenu un emploi en vertu de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP). Elle a également pour but de dégager d'autres grandes tendances liées à ces nominations.

Source des données

Les données utilisées dans le cadre de la présente étude sont tirées du Système d'information analytique sur les emplois (SIAE) de la Commission de la fonction publique. Tous les renseignements qui figurent dans le SIAE sont fondés sur des données provenant du fichier des titulaires. Ce fichier constitue un condensé du système général de rémunération de la fonction publique géré par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. L'essentiel des données du SIAE est constitué de renseignements sur les postes d'attache occupés par des fonctionnaires d'avril 1990 jusqu'à ce jour.

Les 51 971 étudiants embauchés d'avril 1997 à mars 2005 ont fait l'objet d'une analyse jusqu'en mars 2008 afin de déterminer s'ils avaient obtenu un emploi subséquent. Seules les organisations actuellement assujetties à la LEFP sont visées par la présente étude.

Méthode

La présente étude porte principalement sur les emplois (c'est-à-dire sur les nominations pour une durée déterminée et une période indéterminée) obtenus en vertu de la LEFP à la suite d'une participation à un programme fédéral d'embauche des étudiants. Après avoir obtenu un emploi étudiant, une personne peut occuper un poste occasionnel, travailler dans une organisation non assujettie à la LEFP, être nommée dans un poste pour une durée déterminée ou pour une période indéterminée ou une combinaison quelconque de ces situations.

Afin de déterminer la séquence des activités de dotation, le concept de « période d'emploi » est défini. Les périodes d'emploi étudiant débutent dès la première participation dans le cadre d'un des programmes fédéraux d'embauche des étudiants. Elles prennent fin s'il n'y a eu aucun emploi subséquent pendant plus de trois ans ou s'il y a eu une nomination à un poste pour une durée déterminée ou une période indéterminée. Une interruption de service de trois ans est admise dans la définition d'une période d'emploi étudiant puisque les étudiants participant au Programme de stages d'enseignement coopératif et d'internat (programme Coop) et au Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE) sont tenus de poursuivre  leurs études à temps plein. Autrement dit, la CFP considère qu'un emploi obtenu après une interruption de service de plus de trois ans n'a pas de lien avec l'embauche initiale de l'étudiant. En tout, 52 901 périodes d'emploi étudiant ont été dénombrées pour les 51 971 étudiants couverts par la présente étude.

Les périodes d'emploi sont classées de la façon suivante :

  • aucune nomination subséquente en vertu de la LEFP;
  • d'un emploi étudiant à un emploi pour une durée déterminée;
  • d'un emploi étudiant à un emploi pour une période indéterminée;
  • d'un emploi étudiant à un emploi pour une durée déterminée à un emploi pour une période indéterminée.

Si un étudiant change de programme (c'est-à-dire qu'il passe du programme Coop au PFETE ou l'inverse), c'est le dernier programme auquel il est inscrit qui prévaut pour la période d'emploi. Toutefois, la date de début de la période d'emploi demeure la même et correspond au premier emploi étudiant occupé. Dans le cas de 7 % des périodes d'emploi étudiant dénombrées aux fins de l'étude, les étudiants concernés ont changé de programme.

Les professions et postes à la fonction publique fédérale sont définis en des termes généraux par des normes de classification des professions. Ce n'est toutefois pas le cas des emplois étudiants offerts dans le cadre du programme Coop et du PFETE. Par conséquent, il nous est impossible de préciser la nature du travail réalisé par les étudiants embauchés dans le cadre de ces programmes.

Les données concernant l'équité en matière d'emploi, à l'exception du sexe de la personne, ne sont pas recueillies de la même façon auprès des étudiants participant au programme Coop et de ceux prenant part au PFETE. Il n'est donc pas possible d'effectuer une analyse en fonction du groupe visé par l'équité en matière d'emploi.

Programme Coop et PFETE : tendances en matière d'embauche

De 1997-1998 à 2004-2005, quelque 10 000 étudiants ont été embauchés en moyenne, par exercice, dans le cadre du Programme de stages d'enseignement coopératif et d'internat (programme Coop)  et du Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE). De ce nombre, un tiers ont participé au programme Coop et deux tiers, au PFETE. Comme l'illustre le graphique 1,  le nombre d'étudiants embauchés dans le cadre du programme Coop et du PFETE est demeuré stable au cours de la période visée. Depuis l'exercice 2005-2006, le nombre d'étudiants embauchés a augmenté, tout particulièrement dans le cadre du PFETE.

L'embauche d'étudiants présente de fortes variations saisonnières. La majorité des étudiants sont embauchés au cours de la période s'échelonnant du mois de janvier au mois de juin. En effet,  29 % des étudiants inscrits au programme Coop ont commencé à travailler en janvier et 34 %  en mai. Pour ce qui est du PFETE, 71 % des embauches ont été effectuées d'avril à juin.

Graphique 1 : Étudiants embauchés de 1997-1998 à 2007-2008

Graphique 1

Version HTML du Graphique 1

Source : Système d'information analytique sur les emplois (SIAE)

Nota : Le nombre de participants au Programme des adjoints de recherche (PAR) a été ajouté à celui du PFETE.

Le ratio des étudiants embauchés par rapport à l'effectif permanent en fin d'année financière constitue un indice de la mesure dans laquelle les organisations ont recours aux programmes d'embauche des étudiants. Ce ratio a connu une légère diminution de 2001-2002 à 2004-2005, mais au-delà de cette période, celui-ci est demeuré près de 8 %. (Voir le graphique 2.)

Graphique 2 : Nombre d'étudiants embauchés par rapport à l'effectif permanent – de 1997-1998 à 2007-2008

Graphique 2

Version HTML du Graphique 2

Source : SIAE  Fichiers sur la population de la CFP

Principaux employeurs

À elles seules, 10 organisations sont à l'origine de 72 % des offres d'emploi étudiant au cours  de la période visée par l'étude. Le pourcentage le plus élevé revient à Ressources humaines et Développement social Canada (22 %), qui est suivi de la Défense nationale (9 %), de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (8 %), d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (7 %), de Pêches et Océans Canada (6 %), d'Environnement Canada (5 %), de Ressources naturelles Canada (5 %), d'Industrie Canada (4 %), de Santé Canada (3 %) et de Citoyenneté  et Immigration Canada (3 %).

Le graphique 3 illustre la répartition, chez les principaux employeurs, des offres d'emploi  étudiant dans le cadre du programme Coop et du PFETE. Environnement Canada et Santé Canada embauchent plus d'étudiants dans le cadre du programme Coop que du PFETE  (63 % et 56 % respectivement). Le pourcentage d'étudiants participant au PFETE était plus  élevé au sein des organisations suivantes : Ressources humaines et Développement social Canada (85 %), Agriculture et Agroalimentaire Canada (81 %), Pêches et Océans Canada (72 %),  Défense nationale (71 %), Citoyenneté et Immigration Canada (68 %), Travaux publics et  Services gouvernementaux Canada (58 %), Ressources naturelles Canada (56 %) et Industrie Canada (52 %).

Graphique 3 : Principaux employeurs – Répartition du nombre d'étudiants embauchés selon le programme – de 1997-1998 à 2004-2005

Graphique 3

Version HTML du Graphique 3

Source : SIAE

Le graphique 4 ci-après illustre le ratio des étudiants embauchés par rapport à l'effectif permanent chez les principaux employeurs. À Agriculture et Agroalimentaire Canada, ce ratio s'élevait en moyenne à 16 % au cours de la période visée par l'étude. À Ressources naturelles Canada, celui-ci se chiffrait à 15 %, et à 12 % chez Environnement Canada. La proportion des étudiants embauchés se situait à 10 % ou moins chez les autres principaux employeurs.

Graphique 4 : Principaux employeurs – Nombre d'étudiants embauchés  par rapport à l'effectif permanent selon les programmes Coop  et PFETE, de 1997-1998 à 2004-2005

Graphique 4

Version HTML du Graphique 4

Source : SIAE Fichiers sur la population de la CFP

Régions

Dans l'ensemble, 41 % de la participation aux programmes fédéraux d'embauche des étudiants  a eu lieu dans la région de la capitale nationale (RCN). Cette proportion correspond à la représentation des fonctionnaires de cette région au sein de l'ensemble de la fonction publique fédérale1. L'embauche d'étudiants dans les autres régions se répartit comme suit : 13 % dans la région du Québec (sans compter la RCN), 13 % en Ontario (sans compter la RCN), 12 % dans  la région de l'Atlantique, 7 % en Colombie Britannique et au Yukon, 7 % en Alberta, dans les Territoires du Nord Ouest et au Nunavut, et 7 % au Manitoba et en Saskatchewan.

Dans la RCN, 53 % des étudiants embauchés ont participé au PFETE alors que dans les autres régions, cette proportion s'élevait à 74 % et plus à chaque année de la période visée par l'étude.

Les étudiants qui ont participé au programme Coop ou au PFETE dans la RCN travaillaient,  en moyenne, 111 jours civils. À l'extérieur de la RCN, les étudiants inscrits au programme  Coop travaillaient, en moyenne, 117 jours civils et ceux inscrits au PFETE, 108 jours civils.

Âge, sexe et première langue officielle

L'âge médian des étudiants qui se sont inscrits au programme Coop et au PFETE était de 21 ans. Dans l'ensemble, 55 % des personnes embauchées étaient des femmes; de 54 % en 1997-1998, cette proportion est passé à 58 % en 2004-2005. Généralement, les femmes ont participé dans  une plus faible proportion au programme Coop (47 %) qu'au PFETE (59 %). L'anglais était la première langue officielle de 72 % des étudiants qui ont participé à ces programmes d'embauche au cours de la période visée par l'étude.

Durée des emplois étudiants

En général, la durée des emplois étudiants était à peu près la même d'un programme à l'autre.  En effet, les étudiants inscrits au programme Coop ont travaillé, en moyenne, 111 jours civils  et ceux inscrits au PFETE, 110 jours civils. En ce qui concerne les principaux employeurs,  les participants au programme Coop qui occupaient un poste à Environnement Canada ont travaillé plus longtemps, soit une moyenne de 117 jours civils. Les participants au PFETE qui occupaient un poste à la Défense nationale ont travaillé, en moyenne, 90 jours civils. En revanche,  à Environnement Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada, les participants au PFETE ont travaillé, en moyenne, 117 jours civils.

Un tiers des étudiants ont occupé plus d'un emploi dans le cadre du programme Coop ou  du PFETE.

Constatations de l'étude

Vingt-trois pour cent des étudiants ont subséquemment obtenu un emploi en vertu de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique

De tous les participants aux programmes fédéral d'embauche des étudiants au cours de la période visée par l'étude, 11 887 (23 %) d'entre eux ont été nommés en vertu de la LEFP à un poste pour une durée déterminée ou une période indéterminée à la suite de leur participation à l'un de  ces programmes en date du mois de mars 2008. Les étudiants qui ont participé au programme  Coop ou au PFETE ont été nommés en vertu de la LEFP dans des proportions semblables (programme Coop 21 %; PFETE 23 %). Le graphique 5 ci-après illustre le taux de nominations subséquentes selon l'année où l'emploi étudiant a commencé, que ce soit dans le cadre du programme Coop ou du PFETE. La proportion de nominations subséquentes est demeurée relativement stable au cours de la période visée par l'étude.

Graphique 5 : Nomination subséquente en vertu de la LEFP, selon l'année d'embauche – de 1997-1998 à 2004-2005 – en date du mois  de mars 2008

Graphique 5

Version HTML du Graphique 5

Source : SIAE

Comme l'illustre le graphique 6 ci-après, 3 080 (6 %) étudiants ont obtenu un poste pour une durée déterminée, 3 982 (8 %) étudiants ont obtenu un poste pour une période indéterminée et  4 825 (9 %) étudiants ont été nommés pour une période indéterminée après avoir occupé un poste pour une durée déterminée. Parmi tous les étudiants, 77 % n'ont pas été nommés en vertu de la LEFP.

Graphique 6 : Nomination subséquente en vertu de la LEFP – de 1997-1998 à 2004-2005 – en date du mois de mars 2008

Graphique 6

Version HTML du Graphique 6

Source : SIAE

De plus en plus d'étudiants étaient nommés directement à des postes pour une période indéterminée

Près des trois quarts (74 %) des 11 887 étudiants nommés en vertu de la LEFP ont obtenu un poste pour une période indéterminée, soit directement, soit à la suite d'un emploi pour une  durée déterminée. Un peu plus de la moitié d'entre eux (55 %) ont été nommés pour une période indéterminée après avoir occupé un poste pour une durée déterminée. Pour le reste (45 %),  la première nomination effectuée en vertu de la LEFP visait un poste pour une  période indéterminée.

Une proportion croissante des premières nominations effectuées en vertu de la LEFP visaient  des postes pour une période indéterminée. Des périodes d'emploi étudiant ayant débuté  en 1997-1998, 16 % ont été suivies d'une nomination pour une période indéterminée.  En 2004-2005, cette proportion a crû pour atteindre 52 % des périodes d'emploi étudiant.

Graphique 7 : Première nomination en vertu de la LEFP –  de 1997-1998 à 2004-2005 – en date du mois de mars 2008

Graphique 7

Version HTML du Graphique 7

Source : SIAE

Les étudiants qui ont travaillé dans les organisations de petite taille ou de taille moyenne étaient plus susceptibles d'obtenir une nomination en vertu de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique

Le nombre et le pourcentage d'étudiants nommés en vertu de la LEFP dans toutes les organisations figurent à l'annexe 5. Sur les 52 901 emplois étudiants, 16 % ont été suivis d'une nomination en vertu de la LEFP au sein de la même organisation et 7 % ont été suivis d'une nomination en vertu de la LEFP dans une autre organisation.

La grande majorité des observations (90 %) visées par l'étude ont été faites au sein d'organisations de grande taille2; elle sont à l'origine des grandes tendances observées. En moyenne, 22 % des emplois étudiants au sein des organisations de grande taille ont été suivis par une nomination  en vertu de la LEFP; 16 % des emplois étudiants ont débouché sur un poste dans l'organisation même où l'embauche initiale avait eu lieu et 6 %, dans une autre organisation.

Comme l'illustre le tableau 1 ci-dessous, les organisations de petite taille et de taille moyenne  ont présenté une proportion beaucoup plus grande d'emplois étudiants ayant conduit à une nomination en vertu de la LEFP. Dans le cas des organisations de taille moyenne, 29 % des emplois étudiants ont été suivis par une nomination, 16 % ont donné lieu à une nomination dans la même organisation que l'embauche initiale et 13 %, dans une autre. Dans les organisations de petite taille, cette proportion était de 37 %. De ce nombre, 22 % des emplois étudiants ont été suivis par une nomination au sein dans la même organisation et 15 %, dans une autre.

Tableau 1 : Première nomination en vertu de la LEFP, selon la taille de l'organisation, en date du mois de mars 2008
Taille de l'organisation Nominations en vertu de
la LEFP dans la même
organisation
Nominations en vertu de
la LEFP dans une autre
organisation
Nombre total de
nominations en vertu
de la LEFP
Nbre % Nbre % Nbre %
Grande 7 385 16 2 908 6 10 293 22
Moyenne 739 16 604 13 1 343 29
Petite 148 22 103 15 251 37
Nombre total de
nominations en vertu
de la LEFP
8 272 16 3 615 7 11 887 23

Source : SIAE

L'emploi occasionnel touche plus du tiers des périodes d'emploi étudiant menant à une nomination en vertu de la Loi sur l'emploi dans la  fonction publique3

Dans l'ensemble, 14 % des étudiants ont obtenu un emploi occasionnel à la suite d'un emploi étudiant. Toutefois, parmi ceux qui ont ensuite été nommés en vertu de la LEFP (23 %), cette proportion est nettement plus élevée (37 %).

On constate que le pourcentage d'emplois occasionnels occupés avant une nomination en vertu de la LEFP est légèrement plus élevé chez les participants au programme Coop (41 %) que chez les participants au PFETE (35 %). La proportion des périodes d'emploi débouchant sur une nomination en vertu de la LEFP qui comportent une période d'emploi occasionnel a augmenté au cours de la période visée par l'étude pour passer de 30 % en 1997-1998 à 45 % en 2004-2005.

En règle générale, la période d'emploi occasionnel se trouve à précéder immédiatement la première nomination en vertu de la LEFP. On n'a observé aucune interruption de service dans les deux tiers (67 %) de ces nominations.

La catégorie Administration et service extérieur est la catégorie où  l'on a retrouvé la plus grande proportion des nominations subséquentes  en vertu de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique

La première nomination en vertu de la LEFP a eu lieu la plupart du temps dans la catégorie Administration et service extérieur (41 %) et la catégorie Soutien administratif (25 %).  Dans les autres catégories, le pourcentage oscillait entre 7 % et 15 %. (Voir le graphique 8.)

La répartition des catégories professionnelles diffère légèrement selon le programme d'embauche. La première nomination en vertu de la LEFP a eu lieu en une plus grande proportion au sein de la catégorie Administration et service extérieur tant chez les participants du programme Coop  (51 %) que ceux du PFETE (37 %). Vient ensuite la catégorie Scientifique et professionnelle  dans le cas des participants au programme Coop (20 %) et la catégorie Soutien administratif  dans le cas des participants du PFETE (29 %).

Graphique 8 : Catégorie professionnelle au sein de laquelle est effectuée  la première nomination en vertu de la LEFP, selon le programme d'emploi étudiant – de 1997-1998 à 2004-2005 – en date du mois de mars 2008

Graphique 8

Version HTML du Graphique 8

Source : SIAE

Nota : La catégorie « Autres » n'est pas illustrée (53 cas).

Au cours de la période visée par l'étude, la proportion des premières nominations effectuées en vertu de la LEFP dans la catégorie Administration et service extérieur a grimpé, passant de 37 %  à 47 %. L'inverse s'est produit en ce qui concerne les premières nominations à la catégorie Soutien administratif, dont la proportion a chuté, passant de 29 % en 1997-1998 à 19 % en 2004-2005. (Voir le graphique 9.)

Graphique 9 : Catégorie professionnelle au sein de laquelle est effectuée  la première nomination en vertu de la LEFP – de 1997-1998 à 2004-2005 – en date du mois de mars 2008

Graphique 9

Version HTML du Graphique 9

Source : SIAE

Les prochaines sections porteront sur certains groupes choisis au sein des catégories professionnelles. Ces groupes dont il est question ci-après comptent au moins 100 nominations. L'information concernant tous les groupes occupationnels se trouve à l'annexe 4.

Groupes choisis – catégorie Administration et service extérieur

Il y a eu 4 894 nominations au sein de la catégorie Administration et service extérieur et celles-ci ont représenté 41 % de toutes les nominations qui ont été effectuées en vertu de la LEFP à la suite d'un emploi étudiant. La répartition des nominations est illustrée au tableau 2, comme suit :  19 % des personnes ayant occupé un emploi étudiant ont ensuite été nommées à un poste pour une durée déterminée, 39 % à un poste pour une période indéterminée et 42 % à un poste pour une durée déterminée puis à un poste pour une période indéterminée. Trois groupes, à savoir Gestion des systèmes d'ordinateurs (CS), Administration des programmes (PM) et Services administratifs (AS) représentent 70 % des nominations dans la catégorie.

Les nominations à un poste pour une période indéterminée, soit directement après un emploi étudiant, soit à la suite d'une nomination à un poste pour une durée déterminée, ont représenté 81 % des nominations au sein de la catégorie Administration et service extérieur. Les groupes  de cette catégorie chez qui l'on a observé une proportion encore plus élevée de nominations  sont les suivants : Gestion financière (FI – 94 %), Gestion du personnel (PE – 91 %) et  Commerce (CO – 83 %).

Dans cette catégorie, environ 41 % des périodes d'emploi étudiant ont englobé un emploi occasionnel, soit un peu plus que la moyenne globale (37 %). Cette proportion a dépassé 41 % dans les cinq groupes suivants : Services d'information (IS – 52 %), Services administratifs  (AS – 49 %), Gestion financière (FI – 45%), Administration des programmes (PM – 43 %)  et Gestion du personnel (PE – 43 %).

Tableau 2 : Première nomination en vertu de la LEFP dans la catégorie Administration et service extérieur, en date du mois de mars 2008
Première nomination
en vertu de
la LEFP – groupe
D'un emploi
étudiant à un
emploi pour une
une durée
déterminée
D'un emploi
étudiant à un
emploi pour une
une période
indéterminée
D'un emploi
étudiant à un
emploi pour une
durée déterminée
à un emploi pour
une période
indéterminée
Total Pourcentage du
nombre total de
nominations en
vertu de la LEFP
Nbre % Nbre % Nbre % Nbre
Services
administratifs (AS)
188 23 332 41 299 37 819 7
Commerce (CO) 35 16 101 45 89 40 225 2
Gestion des systèmes
d'ordinateurs (CS)
304 21 354 24 809 55 1 467 12
Gestion financière (FI) 17 6 202 68 77 26 296 2
Services
d'information (IS)
92 22 152 37 167 41 411 3
Gestion du personnel (PE) 15 9 119 68 41 23 175 1
Administration des
programmes (PM)
249 22 393 34 516 45 1 158 10
Traduction (TR) 1 1 128 93 8 6 137 1
Autres groupes
dans la catégorie
Administration et
service extérieur
27 13 144 70 35 17 206 2
Total de la catégorie 928 19 1 925 39 2 041 42 4 894 41

Source : SIAE

Groupes choisis – catégorie Scientifique et professionnelle

Il y a eu 1 735 nominations dans la catégorie Scientifique et professionnelle qui ont représenté  15 % de toutes les nominations qui ont été effectuées en vertu de la LEFP. La répartition est illustrée au tableau 3, comme suit : 18 % des personnes ayant occupé un emploi étudiant ont ensuite été nommées à un poste pour une durée déterminée, 47 % à un poste pour une période indéterminée et 35% à un poste pour une durée déterminée puis à un poste pour une période indéterminée. La majorité de ces nominations (77 %) ont eu lieu au sein de quatre groupes : Sciences biologiques (BI), Économique, sociologie et statistique (ES), Génie et arpentage (EN)  et Sciences physiques (PC).

Les nominations à un poste pour une période indéterminée, soit directement après un emploi étudiant, soit à la suite d'une nomination à un poste pour une durée déterminée, ont représenté  82 % des nominations subséquentes au sein de la catégorie Sciences et services professionnels.  Ce résultat, sous l'effet des caractéristiques du groupe ES, a représenté près de la moitié des nominations (45 %) dans la catégorie. En effet, sur les 776 étudiants ayant été nommés au  groupe ES, 91 % d'entre eux l'ont été à un poste pour une période indéterminée.

La proportion des nominations subséquentes à un emploi occasionnel au sein de la catégorie s'élevait à 38 %, ce qui est quasiment identique à la moyenne globale (37 %). On a constaté cependant une moyenne plus élevée dans les groupes suivants : Sciences physiques (48 %),  Sciences biologiques (43 %) et Économique, sociologie et statistique (41 %).

Comme l'illustre le graphique 9, la proportion des nominations subséquentes effectuées en vertu de la LEFP dans la catégorie Sciences et services professionnels se situait à 14 % au début de la période visée par l'étude. Elle a atteint 18 % en 2004-2005.

Tableau 3 : Première nomination en vertu de la LEFP dans la catégorie Scientifique et professionnelle, en date du mois de mars 2008
Première nomination
en vertu de
la LEFP – groupe
D'un emploi
étudiant à un
emploi pour une
une durée
déterminée
D'un emploi
étudiant à un
emploi pour une
une période
indéterminée
D'un emploi
étudiant à un
emploi pour une
durée déterminée
à un emploi pour
une période
indéterminée
Total Pourcentage du
nombre total de
nominations en
vertu de la LEFP
Nbre % Nbre % Nbre % Nbre
Sciences
biologiques (BI)
29 26 38 35 43 39 110 1
Économique, sociologie
et statistique (ES)
69 9 489 63 218 28 776 7
Génie et arpentage (EN) 50 27 68 36 70 37 188 2
Sciences physiques (PC) 91 35 57 22 109 42 257 2
Autres groupes dans
la catégorie Scientifique
et professionnelle
69 17 168 42 167 41 404 3
Total de la catégorie 308 18 820 47 607 35 1 735 15

Source: JAIS

Groupes choisis – catégorie Soutien administratif

Les 2 928 nominations effectuées dans la catégorie Soutien administratif  représentaient 25 %  de toutes les nominations en vertu de la LEFP : 40 % des personnes ayant occupé un emploi étudiant ont ensuite été nommées à un poste pour une durée déterminée, 12 % à un poste pour une période indéterminée et 48 % à un poste pour une durée déterminée puis à un poste pour une période indéterminée. Les 2 821 nominations effectuées au sein du groupe CR constituaient 96 % des nominations de la catégorie et 24 % de toutes les nominations en vertu de la LEFP.

En tout, 38 % des nominations effectuées en vertu de la LEFP ont été précédées d'un emploi occasionnel, chiffre qui se rapproche de la moyenne globale (37 %). C'est dans la catégorie Soutien administratif que l'on a enregistré la plus faible proportion d'étudiants nommés  à un poste pour une période indéterminée (60 %). 

Dans le cas des 1 412 personnes ayant occupé un emploi étudiant et qui ont ensuite été  nommées à un poste pour une durée déterminée puis à un poste pour une période indéterminée, la transition a entraîné un changement de catégorie dans 43 % des cas, en grande partie (36 %) vers la catégorie Administration et service extérieur. Le reste, soit 7 %, est réparti comme suit :  4 % vers la catégorie Services techniques et 3 % vers la catégorie Scientifique et professionnelle.

Groupes choisis – autres catégories

Les nominations aux groupes Soutien technologique et scientifique (EG), Techniciens divers (GT) et Soutien des sciences sociales (SI) représentaient 87 % des 1 422 nominations effectuées à la catégorie Technique. La répartition par type de transition est sensiblement égale : 32 % des personnes ayant occupé un emploi étudiant ont ensuite été nommées à un poste pour une durée déterminée, 32 % à un poste pour une période indéterminée et 36 % à un poste pour une durée déterminée puis à un poste pour une période indéterminée.  On a observé qu'il y avait  eu une nomination à un emploi occasionnel avant une nomination en vertu de la LEFP dans  36 % des cas, chiffre qui se rapproche de la moyenne globale (37 %).

La transition d'un emploi pour une durée déterminée vers un emploi pour une période indéterminée en ce qui concerne les 512 périodes d'emploi étudiant a entraîné un changement  de catégorie dans 28 % des cas. Dans presque tous les cas, la seconde transition s'est faite vers la catégorie Administration et service extérieur et la catégorie Scientifique et professionnelle.

Au début de la période visée par l'étude, les nominations à la catégorie Technique constituaient  13 % des nominations en vertu de la LEFP. En 2004-2005, cette proportion était de 9 %.

Dans le cas des nominations à la catégorie Exploitation, celles qui ont été effectuées dans les groupes Services correctionnels (CX) et Manœuvres et hommes de métier (GL) constituaient  à elles seules 88 % des nominations dans la catégorie. Presque tous les étudiants nommés au  groupe CX (98 %) ont ensuite été nommés à un poste pour une période indéterminée.  Pour ce qui est du groupe Manœuvres et hommes de métier, la proportion était de 22 %. Relativement peu de nominations dans cette catégorie (15 %) avaient été précédées d'un  emploi occasionnel.

Le nombre de nominations en vertu de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique est le plus élevé dans la région de la capitale nationale

En général, 40 % des périodes d'emploi étudiant ont eu lieu dans la région de la capitale nationale (RCN). Ce pourcentage est le même que celui des employés de la fonction publique (employés nommés pour une durée déterminée ou une période indéterminée, employés occasionnels et étudiants) qui travaillent dans la RCN, lequel représentait 40 % au cours de la période visée par l'étude. Cela dit, un étudiant travaillant dans la RCN était plus susceptible d'être nommé en vertu de la LEFP. En effet, 32 % des étudiants dans la RCN ont obtenu une nomination, comparativement à 16 % dans les autres régions (graphique 10).  

L'annexe 6 présente un tableau des nominations subséquentes d'étudiants selon la région géographique (province ou territoire). À l'extérieur de la RCN, le pourcentage d'étudiants nommés en vertu de la LEFP se situait entre 12 % (Territoires du Nord-Ouest, Nunavut) et  25 % (Alberta). En général, les étudiants sont demeurés dans la région où ils ont été embauchés initialement. Dans 5 % des cas, l'étudiant a changé de région.

Les étudiants les plus jeunes, c'est-à-dire ceux ayant moins de 20 ans au moment de leur embauche dans le cadre du programme Coop ou PFETE, représentaient 20 % des cas observés. Dans l'ensemble, 14 % des étudiants de moins de 20 ans ont été nommés en vertu de la LEFP  (24 % dans la RCN et 9 % dans les autres régions).

Graphique 10 : Nomination subséquente en vertu de la LEFP, selon la région du premier emploi étudiant, en date du mois de mars 2008

Graphique 10

Version HTML du Graphique 10

Source : SIAE

Des différences ont été observées dans la région de la capitale nationale en ce qui concerne la première langue officielle et entre les hommes  et les femmes

La répartition des étudiants selon leur première langue officielle (PLO) était la suivante :  74 % anglais et 26 % français. Le taux de nomination subséquente en vertu de la LEFP était  de 21 % et 27 % respectivement.

Comme l'illustre le graphique 11 ci-dessous, cette différence était plus importante au sein la région de la capitale nationale (RCN) que dans les autres régions. Plus précisément, 28 % des étudiants dont la première langue officielle était l'anglais ont été nommés en vertu de la LEFP dans la RCN, comparativement à 40 % chez les étudiants dont la première langue officielle était le français.  À l'extérieur de la RCN, les pourcentages étaient de 17 % et 15 % respectivement.

Graphique 11 : Nomination subséquente en vertu de la LEFP, selon la région  du premier emploi étudiant et la première langue officielle,  en date du mois de mars 2008

Graphique 11

Version HTML du Graphique 11

Source : SIAE

Nota : Première langue officielle inconnue dans 583 cas

Il y avait presque autant d'hommes (48 %) que de femmes (52 %) qui ont obtenu un emploi étudiant dans la RCN. La proportion des nominations subséquentes en vertu de la LEFP était cependant nettement plus élevé chez les femmes (35 %) que chez les hommes (28 %). Toujours dans la RCN, les femmes dont la première langue officielle était l'anglais ont été nommées dans une proportion de 32 % et celles dont la première langue officielle était le français ont été nommées  dans une proportion de 44 %. En ce qui concerne les hommes dans la RCN, les taux correspondants étaient de 24 % (anglais) et 36 % (français).

À l'extérieur de la RCN, la représentation des femmes était légèrement supérieure (56 %) à celle  des hommes, mais les hommes et les femmes ont été nommés dans une proportion semblable,  soit 17 % et 16 % respectivement.

Dans la plupart des cas, la première nomination en vertu de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique a eu lieu au cours de l'année suivant  la fin de l'emploi étudiant

Étant donné que les étudiants qui participent au programme Coop et au PFETE se doivent de poursuivre des études à temps plein, on suppose que leur nomination subséquente, le cas échéant, ne se fera pas immédiatement à l'issue du programme. Après avoir occupé un emploi dans le cadre du programme Coop ou du PFETE, les étudiants ont différentes possibilités : reprendre les études, travailler à titre d'employé occasionnel, occuper un poste dans une organisation fédérale non assujettie à la LEFP, travailler dans le secteur privé ou prendre simplement une période de repos. Les estimations quant au délai pour obtenir une première nomination en vertu de la LEFP se fondent sur l'intervalle entre la date à laquelle l'emploi étudiant se termine et la date à laquelle la première nomination en vertu de LEFP a lieu.

La majorité (73 %) des étudiants nommés en vertu de la LEFP l'ont été dans l'année qui a suivi leur emploi étudiant. Près du quart (24 %) ont été nommés en vertu de la LEFP immédiatement après avoir occupé un emploi étudiant.

En moyenne, 280 jours se sont écoulés entre l'emploi étudiant et la nomination en vertu de la LEFP (médiane 150 jours). Les étudiants qui ont participé au PFETE ont été nommés, en vertu  de la LEFP, en moyenne 269 jours (médiane 129 jours) après la fin de leur emploi étudiant.  Pour les étudiants qui ont pris part au programme Coop, la moyenne était de 303 jours  (médiane 198 jours).

Dans le cas des 4 825 étudiants qui ont été nommés à un poste pour une période indéterminée après avoir occupé un poste pour une durée déterminée, la nomination au poste pour une période indéterminée a eu lieu en moyenne 652 jours civils (médiane 538 jours) après le début  de leur emploi pour une durée déterminée.

Une proportion croissante des personnes recrutées était des anciens participants aux programmes fédéraux d'emploi étudiant

L'importance que revêt les programmes fédéraux d'embauche des étudiants sur le plan du recrutement en général peut s'évaluer comme suit : proportion du nombre d'étudiants qui ont obtenu une nomination subséquente en vertu de la LEFP par rapport au nombre total de personnes nommées à des postes pour une durée déterminée ou une période indéterminée4. L'annexe 7 présente les résultats pour la période de 1999-2000 à 2004-2005. Les organisations figurant à l'annexe 7 représente 90 % de tous les étudiants inscrits au programme Coop et au PFETE qui ont été recrutés au cours de la période visée par l'étude.

En général, le pourcentage d'anciens étudiants qui ont obtenu une nomination subséquente  en vertu de la LEFP a augmenté au cours de la période visée par l'étude (de 7 % en 1999-2000  à 9 % en 2004-2005). En ce qui concerne Agriculture et Agroalimentaire Canada, Affaires indiennes et du Nord Canada et Ressources naturelles Canada, les résultats sont différents;  dans ces trois organisations, les pourcentages étaient plus bas à la fin de la période visée  par l'étude.

Mot de la fin

La présente étude, qui porte sur les étudiants embauchés entre avril 1997 et mars 2005, a révélé  le fait que 23 % des étudiants, en moyenne, ont obtenu une nomination subséquente en vertu  de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP). Bien que la majorité des étudiants nommés pour la première fois en vertu de la LEFP aient obtenu un poste pour une durée déterminée,  la plupart ont par la suite été nommés à des postes pour une période indéterminée. Ce sont les étudiants travaillant dans la RCN qui avaient plus de chance d'être nommés en vertu de la LEFP, tout particulièrement ceux dont le français était la première langue officielle. Enfin, c'est dans la catégorie Administration et service extérieur que la proportion d'étudiants nommés pour  la première fois en vertu de la LEFP était la plus importante, une proportion qui a d'ailleurs augmenté au cours de la période visée par l'étude.

La période visée par la présente étude précède l'entrée en vigueur de la nouvelle LEFP,  le 31 décembre 2005. Par contre, un certain nombre de nominations subséquentes ont été effectuées en vertu de celle ci. Au cours des trois années qui ont suivi la période visée, nous avons remarqué une hausse significative de la participation aux programmes fédéraux d'embauche des étudiants.

Les renseignements contenus dans la présente étude intéresseront la collectivité des ressources humaines en général et, tout particulièrement, les personnes qui collaborent à l'élaboration  de politiques et à la planification des ressources humaines. Les résultats de la présente étude établissent des points de repère qui devraient aider les organisations à concevoir des stratégies  en matière de recrutement.

Équipe responsable de l'étude

Vice-présidente, Vérification et des services de données :

Mary Clennett

Directeur général, Direction de l'information sur les nominations et de l'analyse :

Jean-François Tardif

Gestionnaire par intérim :

Haldun Sarlan

Analyste :

Elizabeth O'Driscoll

Annexes

Annexe 1 : Glossaire

Embauche d'étudiants (Student hires)
Le processus de nomination consiste à nommer des personnes en vertu de la LEFP, que ce soit  à partir de l'extérieur ou de l'intérieur de la fonction publique. Les emplois étudiants étant exclus de l'application de la LEFP, nous utilisons l'expression « embauche d'étudiants » lorsqu'il s'agit d'un programme d'emploi étudiant.
Emploi pour une période indéterminée – emploi permanent (Indeterminate [permanent] employment)
Emploi à temps plein ou à temps partiel (y compris saisonnier) dont la durée n'est pas déterminée.
Emploi pour une durée déterminée (Specified term employment)
Emploi à temps partiel ou à temps plein pendant une durée déterminée.
Emploi temporaire (Casual employment) – LEFP, à partir du 31 décembre 2005
Possibilité d'embaucher une personne à court terme. Aux termes de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP), le travailleur occasionnel ne peut, au cours d'une année civile, travailler dans une organisation donnée plus de 90 jours, exception faite du Bureau du directeur général des élections où, dans certains cas, la période maximale est de 165 jours par année civile. Les dispositions de la LEFP, par exemple l'exigence en matière de mérite, ne s'appliquent pas aux travailleurs occasionnels.
Emploi temporaire (Casual employment) – LEFP, avant le 31 décembre 2005
L'emploi temporaire offre une possibilité d'embaucher à court terme des personnes à la fonction publique pour une période ne dépassant pas 90 jours civils à la fois; de plus, les personnes visées ne peuvent pas travailler plus de 125 jours ouvrables dans une même organisation au cours d'une période de 12 mois. Aucune disposition de la LEFP, autre que celles qui concernent les autorisations relatives à ces nominations, ne s'applique à ce type d'emploi.
Exercice financier (Fiscal year)
Du 1er avril au 31 mars, dans la fonction publique du Canada.
Loi sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP)(Public Service Employment Act [PSEA])
Les organisations assujetties à la LEFP sont précisées aux annexes I, IV et V de la Loi sur la gestion des finances publiques. Les organisations qui figurent aux annexes I et IV relèvent de la compétence exclusive de la Commission de la fonction publique (CFP) en ce qui a trait aux nominations. Les organisations qui figurent à l'annexe V sont des organismes distincts. Parmi ceux ci, certains relèvent de la compétence exclusive de la CFP au chapitre des nominations.
Médiane (Median)
Valeur qui se trouve au milieu d'un groupe de valeurs classées de la plus basse  à la plus haute.
Moyenne (Mean)
Mesure la plus courante de la tendance centrale, la moyenne est la moyenne arithmétique d'un ensemble de nombres.
Programme d'intégration des étudiants (Student bridging program)
Mis en place en 1998, ce mécanisme aide les organisations de la fonction publique fédérale à nommer à des postes pour une durée déterminée ou une période indéterminée des étudiants initialement embauchés dans le cadre du  programme Coop, du PFETE ou du PAR, à l'obtention de leurs diplômes. Pendant la période visée par la présente étude, une organisation pouvait nommer, sans avoir à lancer un concours à l'extérieur de la fonction publique, un diplômé qui avait terminé un programme d'études au cours des 12 mois précédents, peu importe la dernière organisation dans laquelle il avait occupé un emploi pour une durée déterminée.

Annexe 2 : Catégories et groupes professionnels

Catégories et groupes professionnels
Catégorie Groupe
Direction
  • Direction (EX, GX)
Sciences et services professionnels
  • Agriculture (AG)
  • Architecture et urbanisme (AR)
  • Art dentaire (DE)
  • Bibliothéconomie (LS)
  • Bien-être social (SW)
  • Chimie (CH)
  • Droit (LA)
  • Économique, sociologie et statistique (ES)
  • Enseignement (ED)
  • Enseignement universitaire (UT)
  • Ergothérapie et physiothérapie (OP)
  • Génie et arpentage (EN)
  • Mathématiques (MA)
  • Médecine (MD)
  • Médecine vétérinaire (VM)
  • Météorologie (MT)
  • Nutrition et diététique (ND)
  • Pharmacie (PH)
  • Psychologie (PS)
  • Recherche historique (HR)
  • Recherche scientifique (SE)
  • Réglementation scientifique (SG)
  • Sciences biologiques (BI)
  • Sciences domestiques (HE)
  • Sciences forestières (FO)
  • Sciences infirmières (NU)
  • Sciences physiques (PC)
  • Services scientifiques de la défense (DS)
  • Vérification (AU)
Administration et service extérieur
  • Achat et approvisionnement (PG)
  • Administration des programmes (PM)
  • Commerce (CO)
  • Gestion des finances (FI)
  • Gestion des systèmes d'ordinateurs (CS)
  • Gestion du personnel (PE)
  • Organisation et méthodes (OM)
  • Programme de stagiaires en gestion (MM)
  • Programmes de bien-être social (WP)
  • Programmes en leadership (PL)
  • Service extérieur (FS)
  • Services administratifs (AS)
  • Services d'information (IS)
  • Traduction (TR)
Technique
  • Contrôle de la circulation aérienne (AI)
  • Dessin et illustrations (DD)
  • Électronique (EL)
  • Inspection des produits primaires (PI)
  • Inspection technique (TI)
  • Navigation aérienne (AO)
  • Officiers de navire (SO)
  • Photographie (PY)
  • Radiotélégraphie (RO)
  • Soutien de l'enseignement (EU)
  • Soutien des sciences sociales (SI)
  • Soutien technologique et scientifique (EG)
  • Techniciens divers (GT)
Soutien administratif
  • Commis aux écritures et aux règlements (CR)
  • Communications (CM)
  • Mécanographie (OCE)
  • Secrétariat, sténographie et dactylographie (ST)
  • Traitement mécanique des données (DA)
Services de l'exploitation
  • Chauffage, force motrice et opération de machines fixes (HP)
  • Équipages de navires (SC)
  • Gardiens de phare (LI)
  • Manoeuvres et hommes de métier (GL)
  • Pompiers (FR)
  • Réparation des navires (SR)
  • Services correctionnels (CX)
  • Services d'imprimerie (PR)
  • Services divers (GS)
  • Services hospitaliers (HS)
Autre
  • Exécution de la réglementation (RE)
  • Office national de l'énergie (NB)
  • Pétrole et gaz des Indiens (AB)

Annexe 3 : Taille des organisations

Organisations de grande taille (plus de 2 000 employés)

  • Affaires étrangères et Commerce international Canada (4 292)
  • Affaires indiennes et du Nord Canada (4 133)
  • Agence de la santé publique du Canada (2 037)
  • Agence des services frontaliers du Canada (12 668)
  • Agriculture et Agroalimentaire Canada (7 128)
  • Anciens Combattants Canada (3 866)
  • Citoyenneté et Immigration Canada (4 016)
  • Défense nationale (fonctionnaires) (23 771)
  • Environnement Canada (6 682)
  • Gendarmerie royale du Canada (fonctionnaires) (5 343)
  • Industrie Canada (5 481)
  • Ministère de la Justice Canada (4 962)
  • Passeport Canada (2 136)
  • Patrimoine canadien (2 205)
  • Pêches et Océans Canada (10 363)
  • Ressources humaines et Développement social Canada (22 891)
  • Ressources naturelles Canada (4 706)
  • Santé Canada (9 185)
  • Service correctionnel Canada (14 909)
  • Statistique Canada (5 902)
  • Transports Canada (5 021)
  • Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (12 486)

Organisations de taille moyenne (de 351 à 2 000 employés)

  • Agence canadienne de développement international (1 771)
  • Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec (439)
  • Agence de la fonction publique du Canada (592)
  • Agence de promotion économique du Canada atlantique (748)
  • Agence spatiale canadienne (643)
  • Bibliothèque et Archives Canada (1 156)
  • Bureau du Conseil privé (777)
  • Bureau du directeur général des élections (420)
  • Bureau du surintendant des institutions financières Canada (460)
  • Commission canadienne des grains (632)
  • Commission de la fonction publique du Canada (990)
  • Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada (866)
  • Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (414)
  • Diversification de l'économie de l'Ouest Canada (403)
  • École de la fonction publique du Canada (762)
  • Ministère des Finances (989)
  • Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada (961)
  • Sécurité publique Canada (810)
  • Service administratif des tribunaux judiciaires (615)

Organisations de petite taille (350 employés ou moins)

  • Agence canadienne d'évaluation environnementale (148)
  • Agence de la consommation en matière financière du Canada (37)
  • Bureau de la sécurité des transports du Canada (220)
  • Bureau du Canada pour le millénaire (29)
  • Bureau du Commissaire à la magistrature fédérale (63)
  • Bureau du secrétaire du gouverneur général (165)
  • Centre des armes à feu Canada (309)
  • Comité des griefs des Forces canadiennes (41)
  • Commissariat aux langues officielles (150)
  • Commissariats à l'information et à la protection de la vie privée du Canada (150)
  • Commission canadienne des droits de la personne (196)
  • Commission des relations de travail dans la fonction publique (60)
  • Commission d'examen des plaintes concernant la police militaire du Canada (11)
  • Commission du droit du Canada (12)
  • Commission mixte internationale (section canadienne) (32)
  • Commission nationale des libérations conditionnelles (343)
  • Condition féminine Canada (123)
  • Conseil canadien des relations industrielles (92)
  • Conseil de contrôle des renseignements relatifs aux matières dangereuses Canada (32)
  • Conseil d'examen du prix des médicaments brevetés Canada (44)
  • Conseil national des produits agricoles (10)
  • Cour suprême du Canada (bureau du registraire) (199)
  • Infrastructure Canada (171)
  • Office des transports du Canada (235)
  • Office national de l'énergie (298)
  • Pétrole et gaz des Indiens du Canada (67)
  • Résolution des questions des pensionnats indiens Canada (279)
  • Secrétariat  de l'ALENA - Section canadienne (10)
  • Secrétariat des conférences intergouvernementales canadiennes (24)
  • Tribunal des droits de la personne (22)
  • Tribunal canadien du commerce extérieur (73)

Annexe 4 : Première nomination en vertu de la LEFP au cours de la période allant de 1997-1998 à 2004-2005 – selon le groupe professionnel5

Première nomination en vertu de la LEFP au cours de la période allant de 1997-1998 à 2004-2005 – selon le groupe professionnel
Première nomination en vertu de la LEFP,
selon le groupe
D'un emploi étudiant
à un emploi
pour une durée
déterminée
D'un emploi étudiant
à un emploi
pour une durée
indéterminée
D'un emploi étudiant
à un emploi pour
une durée déterminée
déterminée à un emploi
pour une période
indéterminée
Total
Total % Total % Total %
Achats et approvisionnements (PG) 1 1 78 91 7 8 86
Administration des programmes (PM) 249 22 393 34 516 45 1 158
Bibliothéconomie (LS) 6 16 12 32 20 53 38
Chimie (CH) 9 27 13 39 11 33 33
Commerce (CO) 35 16 101 45 89 40 225
Commis aux écritures et aux règlements (CR) 1 123 40 343 12 1 355 48 2 821
Dessin et illustrations (DD) 10 36 7 25 11 39 28
Droit (LA) 21 23 2 2 70 75 93
Économique, sociologie et statistique (ES) 69 9 489 63 218 28 776
Électronique (EL) 9 16 25 43 24 41 58
Exécution de la réglementation (RE) 3 11 12 44 12 44 27
Génie et arpentage (EN) 50 27 68 36 70 37 188
Gestion des finances ((FI) 17 6 202 68 77 26 296
Gestion des systèmes d'ordinateurs (CS) 304 21 354 24 809 55 1 467
Gestion du personnel (PE) 15 9 119 68 41 23 175
Manœuvres et hommes de métier (GL) 164 78 9 4 37 18 210
Mathématiques (MA) 0 0 24 89 3 11 27
Météorologie (MT) 0 0 25 96 1 4 26
Programmes de bien-être social (WP) 23 40 15 26 19 33 57
Radiotélégraphie (RO) 2 3 69 90 6 8 77
Réglementation scientifique (SG) 5 6 66 84 8 10 79
Réparation des navires (SR) 7 23 0 0 23 77 30
Sciences biologiques (BI) 29 26 38 35 43 39 110
Sciences infirmières (NU) 11 24 10 22 25 54 46
Sciences physiques (PC) 91 35 57 22 109 42 257
Secrétariat, sténographie et dactylographie (ST) 27 31 12 14 47 55 86
Services administratifs (AS) 188 23 332 41 299 37 819
Services correctionnels (CX) 10 2 387 71 149 27 546
Services d'information (IS) 92 22 152 37 167 41 411
Services divers (GS) 26 63 5 12 10 24 41
Soutien des sciences sociales (SI) 120 29 105 25 193 46 418
Soutien technologique et scientifique (EG) 272 51 73 14 191 36 536
Stagiaires en gestion (MM) 0 0 32 100 0 0 32
Techniciens divers (GT) 34 12 167 59 81 29 282
Traduction (TR) 1 1 128 93 8 6 137
Autres groupes faisant l'objet de moins de 25 observations 57 30 58 31 76 40 191
Fonction publique 3 080 26 3 982 34 4 825 41 11 887

Annexe 5 : Emploi étudiant et nomination subséquente en vertu de la LEFP – de 1997-1998 à 2004-2005 – selon l'organisation6

Emploi étudiant et nomination subséquente en vertu de la LEFP – de 1997-1998 à 2004-2005 – selon l'organisation
Organisation au début de
la période d'emploi étudiant
Périodes d'emploi étudiant avec
nomination en vertu de la LEFP
Périodes d'emploi étudiant avec
autre emploi subséquent
Aucun autre
emploi
subséquent
Total
Nomination
dans la même
organisation
Nomination
dans une autre
organisation
Emploi dans
la même
organisation
Emploi dans
une autre
organisation
Total % Total % Total % Total % Total %
Affaires étrangères et Commerce international Canada 148 23 74 12 7 1 28 4 377 60 634
Affaires indiennes et du Nord Canada 241 22 87 8 51 5 36 3 706 63 1 121
Agence canadienne d'évaluation environnementale 13 36 5 14 0 0 2 6 16 44 36
Agence canadienne de développement international 69 11 98 16 7 1 30 5 399 66 603
Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 33 21 19 12 7 4 5 3 97 60 161
Agence de la santé publique du Canada 13 29 1 2 1 2 2 4 28 62 45
Agence de promotion économique du Canada atlantique 31 7 39 9 9 2 14 3 353 79 446
Agence des services frontaliers du Canada 41 50 1 1 2 2 2 2 36 44 82
Agence spatiale canadienne 48 6 27 4 0 0 16 2 671 88 762
Agriculture et Agroalimentaire Canada 513 13 111 3 246 6 80 2 3 136 77 4 086
Anciens Combattants Canada 98 12 44 5 19 2 19 2 671 79 851
Bibliothèque et Archives Canada 73 22 43 13 4 1 29 9 179 55 328
Condition féminine Canada 9 21 6 14 0 0 3 7 24 57 42
Bureau de la sécurité des transports du Canada 7 20 5 14 0 0 3 9 20 57 35
Bureau du Conseil privé 69 28 41 17 19 8 14 6 101 41 244
Bureau du directeur général des élections 12 13 16 17 4 4 4 4 56 61 92
Bureau du secrétaire du gouverneur général 7 15 10 21 1 2 2 4 27 57 47
Bureau du surintendant des institutions financières Canada 20 17 8 7 1 1 2 2 89 74 120
Citoyenneté et Immigration Canada 316 23 151 11 45 3 49 4 845 60 1 406
Commissariat aux langues officielles 6 17 9 26 3 9 1 3 16 46 35
Commission canadienne des droits de la personne 15 17 13 15 7 8 2 2 49 57 86
Commission de la fonction publique du Canada 78 21 72 19 3 1 24 6 202 53 379
Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada 38 20 15 8 7 4 3 2 132 68 195
Condition féminine Canada 9 21 6 14 0 0 3 7 24 57 42
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes 19 19 19 19 4 4 7 7 50 51 99
Cour suprême du Canada (Bureau du registraire) 11 26 11 26 0 0 1 2 20 47 43
Défense nationale (fonctionnaires) 517 10 247 5 256 5 128 3 3 860 77 5 008
Diversification de l'économie de l'Ouest Canada 34 11 26 9 4 1 13 4 222 74 299
École de la fonction publique du Canada 11 18 17 28 4 7 2 3 26 43 60
Environnement Canada 400 14 153 5 115 4 80 3 2 190 75 2 938
Gendarmerie royale du Canada (fonctionnaires) 61 9 30 5 97 15 21 3 437 68 646
Industrie Canada 354 17 198 9 31 1 81 4 1 481 69 2 145
Ministère de la Justice Canada 110 13 84 10 125 15 48 6 469 56 836
Ministère des Finances Canada 40 20 26 13 4 2 9 4 125 61 204
Office des transports du Canada 33 47 9 13 1 1 3 4 24 34 70
Office national de l'énergie 18 26 0 0 1 1 1 1 50 71 70
Passeport Canada 24 35 5 7 3 4 2 3 35 51 69
Patrimoine canadien 97 7 118 8 16 1 394 27 861 58 1 486
Pêches et Océans Canada 576 19 135 5 186 6 102 3 1 994 67 2 993
Ressources humaines et Développement social Canada 1 516 14 592 6 331 3 230 2 8 013 75 10 682
Ressources naturelles Canada 263 9 155 5 131 4 98 3 2 368 79 3 015
Santé Canada 372 20 160 9 90 5 68 4 1 203 64 1 893
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada 73 23 71 22 5 2 14 4 160 50 323
Bureau du secrétaire du gouverneur général 7 15 10 21 1 2 2 4 27 57 47
Sécurité publique Canada 51 24 42 20 6 3 11 5 100 48 210
Service administratif des tribunaux judiciaires 31 19 21 13 4 2 10 6 100 60 166
Service correctionnel Canada 687 45 54 4 68 4 22 1 705 46 1 536
Statistique Canada 304 25 126 11 56 5 50 4 667 55 1 203
Transports Canada 170 13 98 7 78 6 66 5 946 70 1 358
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada 564 16 284 8 131 4 106 3 2 384 69 3 469
Autres organisations faisant l'objet de moins de 25 observations 38 16 39 16 9 4 14 6 144 59 244
Fonction publique 8 272 16 3 615 7 2 199 4 1 951 4 36 864 70 52 901

Annexe 6 : Emploi étudiant et nomination subséquente en vertu de la LEFP – de 1997-1998 à 2004-2005 – selon la région géographique

Emploi étudiant et nomination subséquente en vertu de la LEFP – de 1997-1998 à 2004-2005 – selon la région géographiqu
Région de travail au début
de la période d'emploi étudiant
Aucune
nomination
subséquente en
vertu de la LEFP
D'un emploi
étudiant
à un emploi
pour une durée
déterminée
D'un emploi
étudiant
à un emploi
pour une période
indéterminée
D'un emploi étudiant
à un emploi pour une
durée déterminée
à un emploi
pour une période
indéterminée
Total
Total % Total % Total % Total %
Terre-Neuve-et-Labrador 1 029 88 40 3 66 6 41 4 1 176
Île-du-Prince-Édouard 762 85 36 4 39 4 65 7 902
Nouvelle-Écosse 1 913 85 98 4 113 5 116 5 2 240
Nouveau-Brunswick 1 563 84 76 4 96 5 120 7 1 855
Québec (sauf la RCN) 5 822 86 318 5 208 3 422 6 6 770
Région de la capitale nationale
(RCN)
14 347 68 1 378 7 2 446 12 2 823 13 20 994
Ontario (sauf la RCN) 5 906 87 336 5 214 3 362 5 6818
Manitoba 1 593 80 139 7 90 5 179 9  2 001
Saskatchewan 1 308 81 200 12 35 2 76 5 1 619
Alberta 2 916 75 220 6 457 12 298 8 3 891
Colombie-Britannique 3 413 83 208 5 206 5 302 7 4 129
Yukon 150 86 14 8 3 2 8 5 175
Territoires du Nord-Ouest 239 88 15 6 6 2 11 4 271
Nunavut 53 88 2 3 3 5 2 3 60
Total 41 014 78 3 080 6 3 982 8 4 825 9 52 901

Annexe 7 : Proportion des périodes d'emploi étudiant suivies d'une nomination subséquente en vertu de la LEFP par rapport au nombre total de personnes nommées à des postes pour une  durée déterminée ou une période indéterminée – de 1999-2000  à 2004-2005 – selon l'organisation

Proportion des périodes d'emploi étudiant suivies d'une nomination subséquente en vertu de la LEFP par rapport au nombre total de personnes nommées à des postes pour une  durée déterminée ou une période indéterminée – de 1999-2000  à 2004-2005 – selon l'organisation
Organisation au moment de
l'obtention de l'emploi en vertu
de la LEFP
Périodes d'emploi
étudiant suivies
d'une nomination en
vertu de la LEFP
Proportion des périodes d'emploi étudiant suivies d'une
nomination subséquente en vertu de la LEFP par rapport au nombre total de personnes nommées à des postes pour une durée déterminée ou une période indéterminée
1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005
Affaires indiennes et  du Nord Canada 249 8,7 % 7,3 % 7,2 % 6,8 % 10,8 % 7,9 %
Agence canadienne de développement international 74 4,9 % 12,1 % 5,5 % 10,6 % 17,5 % 10,4 %
Agence spatiale canadienne 49 10,3 % 16,7 % 12,7 % 15,9 % 10,7 % 14,6 %
Agriculture et Agroalimentaire Canada 375 5,4 % 4,8 % 5,7 % 5,3 % 6,4 % 4,6 %
Anciens Combattants Canada 72 2,9 % 3,4 % 3,1 % 2,0 % 4,2 % 3,7 %
Citoyenneté et Immigration Canada 339 10,7 % 8,1 % 12,0 % 6,7 % 8,8 % 13,1 %
Défense nationale (fonctionnaires) 462 3,2 % 3,1 % 3,1 % 4,0 % 4,7 % 4,6 %
Environnement Canada 350 8,5 % 7,9 % 11,2 % 11,8 % 14,4 % 17,7 %
Industrie Canada 361 11,0 % 9,0 % 12,4 % 10,9 % 15,2 % 14,9 %
Ministère de la Justice Canada 162 4,7 % 3,7 % 4,1 % 6,1 % 5,9 % 10,3 %
Patrimoine canadien 136 7,8 % 11,1 % 6,7 % 9,6 % 13,3 % 12,2 %
Pêches et Océans Canada 534 7,5 % 10,5 % 10,2 % 10,0 % 7,4 % 6,0 %
Ressources humaines et Développement social Canada 1 283 9,7 % 7,7 % 8,3 % 12,4 % 10,4 % 12,8 %
Ressources naturelles Canada 247 13,3 % 11,1 % 10,0 % 8,5 % 9,1 % 11,8 %
Santé Canada 418 3,7 % 4,3 % 4,6 % 5,7 % 6,9 % 9,1 %
Service correctionnel Canada 598 9,9 % 7,5 % 8,5 % 11,5 % 3,8 % 9,9 %
Statistique Canada 324 9,7 % 6,3 % 6,5 % 9,9 % 11,7 % 13,6 %
Transports Canada 166 4,9 % 5,1 % 8,3 % 8,4 % 10,0 % 8,3 %
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada 556 6,6 % 7,4 % 8,1 % 9,9 % 12,5 % 14,7 %
Autres organisations 1 242 6,8 % 6,3 % 6,9 % 7,4 % 7,8 % 9,2 %
Fonction publique 7 997 7,2 % 6,6 % 7,2 % 8,0 % 8,2 % 9,4 %

Notes

1. La proportion de fonctionnaires dans la RCN était en moyenne de 40 % au cours de la période visée par l'étude. [Retourner]

2. Une organisation de grande taille emploie plus de 2 000 personnes, une organisation de taille moyenne, de 351 à 2 000 personnes, et une organisation de petite taille, 350 personnes et moins. Un tableau des nominations selon l'organisation se trouve à l'annexe 5. Il est à noter que plusieurs organisations, à savoir l'Agence des services frontaliers du Canada, Sécurité publique Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et l'École de la fonction publique du Canada, ont été instituées à la fin de la période visée par la présente étude ou au cours de la periode de suivi. [Retourner]

3. La classification des périodes d'emploi ne tient pas compte des périodes d'emploi occasionnel, mais on peut néanmoins les retrouver dans les données. Ces données supplémentaires sont utilisées dans la présente section. [Retourner]

4. Les nominations d'un emploi pour une durée déterminée à un emploi pour période indéterminée ne sont pas incluses dans le nombre de nouvelles recrues. [Retourner]

5. Il se peut que les chiffres présentés dans les tableaux n'équivaillent pas à 100, étant donné qu'ils ont été arrondis. [Retourner]

6. Il se peut que les chiffres présentés dans les tableaux n'équivaillent pas à 100, étant donné qu'ils ont été arrondis. Plusieurs organisations (l'Agence des services frontaliers du Canada, Sécurité publique Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et l'École de la fonction publique du Canada) ont été instituées à la fin de la période visée par l'étude. [Retourner]